Intégrer une association étudiante : des bénéfices multiples pour la carrière

Le Challenge du Monde des Grandes Ecoles et Universités (CDMGE) a lieu chaque année en juin. A cette occasion, les jeunes diplômés sont invités à s’affronter au stade Charléty à Paris autour d’épreuves sportives pour notamment se faire connaître des entreprises qui recrutent. Pour les associations étudiantes des grandes écoles participantes, c’est le moment de partager des valeurs et de fédérer les étudiants autour de challenges en équipes.

Mais au fait, intégrer une association étudiante, ça sert à quoi ? Des explications avec les représentants de 4 associations participant au CDMGE : Guillaume de l’association Raid ESSEC, Marie, du Bureau Des Sports d’Audencia, Mathieu de l’association Raid Hannibal, et Lucile d’Objectif Réussite à l’EDHEC.

CDMEGEU_Une

Lancement du Challenge du monde des grandes écoles et universités

Comment et pourquoi s’engager ?

Si faire partie d’une association étudiante fait partie du cursus dans la plupart des grandes écoles, s’impliquer demande de la disponibilité et de la motivation. « Avant de s’engager, il faut être certain de pouvoir répondre présent » juge Marie d’Audencia. Mathieu de l’EMLYON, met en garde les étudiants : « Il faut avoir conscience que son association passera avant tout le reste pendant un an. MathieuTorresRaidHannibalEMC’est un peu comme diriger sa propre entreprise »  prévient-il. « Ça vous occupe à n’importe quelle heure du jour et de la nuit mais le plaisir éprouvé lorsque l’on voit son projet se réaliser est sans commune mesure ! »
Il faut également avoir le goût du challenge. « S’engager au sein d’un projet ambitieux, c’est une occasion unique d’évoluer hors de sa zone de confort et d’en apprendre énormément sur soi-même » selon Guillaume, étudiant à l’ESSEC et président de l’association Raid ESSEC.

Dans toutes les grandes écoles, intégrer une association étudiante fait véritablement partie du cursus. « C’un élément central de la vie étudiante » explique Guillaume, . « Cela permet de mettre en pratique les enseignements dispensés et peut être valorisé en tant qu’expérience par l’administration (validation d’UV, des stages…) ».

« Le milieu associatif tient une place très importante à l’école et est un véritable complément aux cours »

Marie_AudenciaMarie est étudiante en 1ère année d’école de commerce à Audencia Business School à Nantes et membre du BDS (Bureau des Sports). « Les associations sont très diverses et permettent souvent de renouer avec une passion mise de côté ( la musique, le sport ou la cuisine…) ou de découvrir des univers qui nous étaient jusqu’alors fermés » selon elle.

Mathieu, étudiant en 2e année à EMLYON Business School, a décidé de vivre sa passion – la montagne et le trail – au sein de l’école. Aussi, il a monté une association avec d’autres étudiants dont il est aujourd’hui président : l’association Raid Hannibal EMLYON. Pour lui, « le milieu associatif tient une place très importante à l’école et est un véritable complément aux cours ».

Lucile, étudiante à l’EDHEC Business School de Lille, voulait intégrer une association à caractère social. « Je me rendais compte de la chance que j’avais d’avoir eu une famille qui m’a toujours soutenu et encouragée à poursuivre des études supérieures. J’avais envie de rendre la pareille en aidant des jeunes » explique-t-elle. Elle est aujourd’hui présidente d’une association à caractère sociale, « Objectif Réussite ».

Des activités multiples et des projets d’envergure

Les associations sportives en particulier rencontrent un grand succès auprès des étudiants et permet à ceux qui le souhaitent qui souhaitent continuer le sport tout en poursuivant leurs études. Marie est aujourd’hui responsable des événements du « BDS » d’Audencia : entre autres activités, elle donne des cours de sports, organise des tournois, des après-midi sportives et prépare les délégations des sportifs d’Audencia comme les OJO (Jeux Omnisports inter-écoles de commerce), la Course EDHEC (CCE) ou le CDMGE (Challenge du Monde des Grandes Ecoles et des Universités).

CDMGEU
Tous ceux qui imaginait des étudiants réunis dans un garage à refaire le monde en buvant des bières sont donc bien loin de la réalité. Les étudiants membres de ces associations ont des projets plein la tête, dont certains d’envergure. Ainsi, le passionné de trail, Mathieu, président de l’association Raid Hannibal à l’EMLYON, organise avec celle-ci un raid transalpin de 4 jours en mai chaque année. L’association organise également tous les ans des événements dont une course caritative ouverte à tous les lyonnais et un week-end de randonnée pour les étudiants de l’école.

« Nous sommes tous là parce que nous croyons aux valeurs défendues par l’association : égalité des chances, partage, entraide, empathie, écoute… »

LucileDupuyEdhec_smallObjectif Réussite de l’EDHEC est une association œuvrant pour l’égalité des chances et l’ouverture culturelle de jeunes de la banlieue lilloise issus de milieux défavorisés. « Nous sommes tous là parce que nous croyons aux valeurs défendues par l’association : égalité des chances, partage, entraide, empathie, écoute » explique-t-elle. L’association intervient toutes les semaines dans différents établissements – sociaux ou œuvrant pour les jeunes handicapés – et propose du soutien scolaire, de l’aide aux devoirs, de l’aide à l’orientation, etc. Elle organise également des sorties culturelles et un voyage de fin d’année avec les jeunes dans une grande ville européenne.

Raid ESSEC, l’association de Guillaume, promeut quant à elle la pratique sportive, l’inclusion sociétale ainsi que la protection des milieux empruntés. Elle organise chaque année l’un des plus importants raids étudiants de France – 350 concurrents sur 2 jours – avec des épreuves de trail, vtt, run & bike et course d’orientation. Elle organise également l’Urban Trail de Cergy, qui regroupe jusqu’à 200 coureurs.

Quels apports pour la vie professionnelle ?

Guillaume de l’Essec a gagné en maturité : « j’en retire avant tout une vraie confrontation à des problématiques de management. J’ai dû piloter une équipe de 17 personnes pendant un an, manager un groupe de 60 personnes pendant plusieurs mois. J’ai gagné en assurance grâce aux multiples échanges avec notre administration, nos partenaires, les autorités publiques… J’ai appris à mener un projet d’envergure sur un temps long, à gérer un budget de plus de 30 000€ et à assumer la responsabilité de président même dans des situations inconfortables ».

L’engagement associatif permet de mettre rapidement en application la théorie apprise en cours. « L’engagement au BDS a été essentiel pendant ma 1ère année » raconte Marie. « Il m’a permis de prendre des responsabilités, d’organiser des événements… J’ai pu mettre en application mes cours de 1ère année notamment en marketing et en communication et suis certaine que ces expériences m’apportent énormément. »

AssoAudencia

Les membres du Bureau des Sports d’Audencia (2016)

Selon leur statut de membre, certains étudiants sont amenés à gérer très tôt dans leur cursus des responsabilités. Et pas n’importe lesquelles. « J’ai dû apprendre à gérer une équipe de 28 bénévoles, et ce n’est pas toujours de tout repos ! » se souvient Lucile de l’EDHEC. « Mon expérience au sein d’Objectif Réussite m’a conforté dans mon idée d’orientation : travailler dans le social business. Elle m’a aussi fait découvrir une passion pour la communication et l’événementiel ».

Une expérience à valoriser en entretien

Grâce aux associations étudiantes, les grandes écoles deviennent de véritables laboratoires où les étudiants peuvent « s’exercer » avant leur entrée sur le marché du travail. Un premier pas dans la vie active qui leur permet de mener de véritables projets et d’acquérir les compétences qui feront d’eux les talents de demain. Des compétences qu’ils pourront ensuite valoriser en entretien, avec passion.

« Je considère mon engagement comme une véritable expérience professionnelle »

« Cet engagement m’a permis d’acquérir des compétences en termes de management, d’apprendre plus de choses sur moi-même et sur le milieu de l’événementiel sportif » analyse Guillaume (Essec). « Cela m’a aussi permis de mûrir mon projet professionnel, en réalisant que je ne pourrai pas me passer du trail au profit de ma carrière. Je considère mon engagement comme une véritable expérience professionnelle. »

Mathieu d’EMLYON considère qu’avoir été membre d’une association étudiante constitue « une expérience sur laquelle on peut se baser pour parler de soi-même et de sa façon travailler en groupe lors d’entretiens. Je pense que c’est un gros bonus à mettre en avant. » 

RaidHannibalEmlyon

Les membres de l’association Raid Hannibal de l’EMLYON (2016)

Pour Lucile, actuellement en Master 1 à l’EDHEC, cet engagement associatif est carrément « l’un des sujets principaux de conversation durant les entretiens. Les compétences que j’ai développé grâce à lui – management, communication interne/externe, événementiel, esprit d’équipe, dynamisme, rigueur, etc. – sont bien évidemment des atouts à mettre en avant, mais mon engagement est également, pour mes interlocuteurs, une preuve évidente de mon attrait pour le secteur du social business » ajoute-t-elle.

  • Tous ces jeunes pourront se retrouver le Samedi 4 juin 2016 au Stade Charléty de Paris (13e) afin de partager leurs valeurs dans la bonne humeur. Un exemple pour les jeunes générations qui les suivent. RDV au CDMGEU – Samedi 4 Juin 2016 au Stade Charléty (Paris 13). Inscrivez-vous en ligne.

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

  1. Dubai Corporate
    1 juin 2016 - 13h43

    la vie associative universitaire est très importante, elle donne de l’expérience, des nouvelles relations, des nouvelles compétences et aide l’étudiant pour se plonger dans le monde professionnel

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.