A quoi ressemblera le travail demain ?

9782100588190 h430Internet, médias et réseaux sociaux, jeux vidéo, terminaux mobiles : comment ces nouvelles technologies bouleversent-elles notre façon de travailler ? L’entreprise dans sa forme actuelle est-elle vouée à disparaître ? Son organisation a déjà muté avec la possibilité de travailler à distance et à toute heure de la journée. Certaines grandes compagnies semblent, elles, montrer la voie à suivre : travail plus collaboratif, bureaux high-tech, horaires flexibles, etc. Autant de changements qui devraient se généraliser, analyse Olivier Charbonnier, Directeur général du cabinet Interface et co-auteur avec Sandra Enlart de l’ouvrage  »A quoi ressemblera le travail demain ? »

Selon vous, la prolifération des nouvelles technologies a déjà modifié l’entreprise, de quelle manière ?

OcharbonnierJusqu’à présent, le monde du travail se déroulait dans un espace clos, avec des horaires fixes et des salariés exécutant une tâche précise. Avec Internet, il est désormais possible de travailler partout et à tous moments. L’entreprise n’est donc plus un lieu spécifique de socialisation : de nombreux employés peuvent déjà travailler dans des tiers-lieux, à distance. Quant à ceux qui se rendent tous les jours dans une entreprise, ils prennent sur leur temps de travail pour réserver un billet d’avion en ligne mais le soir, ils consultent à domicile leurs boîtes mails professionnelles.

Pour répondre à cette porosité de plus en plus forte entre vie pro et vie privée, l’entreprise va devoir s’interroger sur le sens qu’il y a à se rendre tous les matins à son travail et, d’un lieu de contraintes, s’organiser pour devenir un lieu de ressources. Concrètement, cela se traduira par un aménagement plus attractif des espaces de travail et davantage d’ouverture vers l’extérieur (physique et numérique), la possibilité de « détourner » de façon contractuelle certaines ressources (espace, main d’oeuvre, etc.) pour des usages personnels. Mais nous pensons également que l’évolution des entreprises ne passera pas nécessairement par une remise en cause de ses architectures, qu’elles soient visibles (murs et cloisons) ou invisibles (process, culture, routines, etc.). Elles pourront pour ainsi dire « se maintenir en l’état » si elles savent nouer de nouvelles formes de relations avec l’extérieur.

Concrètement, comment s’organiseront alors les entreprises ?

Nous avons imaginé quatre formes d’écosystèmes dans lesquels les entreprises pourront évoluer. Le premier est ce que nous avons appelé l’écosystème « solaire ». L’entreprise se situe et se perçoit dans un environnement global qu’elle a intérêt à faire vivre. Par exemple, une société X soutiendra une société Y défaillante car elle a besoin d’elle dans son écosystème. Cela amènera à une relation plus équilibrée : l’entreprise ne se vivra plus comme une « forteresse » mais plutôt comme la composante d’un système capable de jouer de solidarités, de complémentarités, d’intelligence partagée… Le deuxième écosystème est celui de « l’excubation ». Dans ce modèle, comme dans le précédent, l’entreprise ne modifiera pas en profondeur son organisation, en revanche elle investira à l’extérieur dans des structures légères avec la perspective d’un possible retour sur investissement progressif. Une société financera par exemple les projets de plusieurs de ses collaborateurs qui créeront une entité externe afin de développer un projet particulièrement novateur, en toute autonomie. A charge pour elle d’imaginer comment en tirer profit (reproduction de certaines formes de travail, connexion avec de nouveaux fournisseurs, partage ponctuel de main-d’oeuvre, etc.).

Le troisième écosystème est assez proche de l’open source. Il n’y a pas de direction à proprement parler, mais un ensemble de structures qui s’enrichissent mutuellement autour d’un bien ou d’un service commun. Enfin, le dernier écosystème serait celui de « l’intermédiation ». Ici, la création se fait au travers des réseaux sociaux. Une entreprise de presse pourrait ainsi demander à des internautes d’écrire un article, une vingtaine d’entre eux propose leur billet, une centaine vote pour les meilleurs et finalement, les journalistes n’interviennent qu’en bout de chaîne pour réaliser les 2-3 retouches nécessaires. Enfin, un cinquième modèle consisterait en une agrégation de plusieurs de ces écosystèmes : un environnement « solaire » où l’entreprise « excube » ponctuellement des ressources tout en déléguant certains projets aux réseaux sociaux.

Au niveau salarial, vous écrivez qu’il faudra transformer le travail en jeu, qu’est-ce que cela signifie ?

Nous sommes plus nuancés… Nous observons une tendance à ce que certains ont appelé la « gamification », c’est-à-dire à introduire du ludique là où on ne l’attend pas. Il s’agit d’inventer de nouvelles formes d’attractivité au travail et de le mettre en scène. On peut imaginer que certains y trouvent leur compte et se sentent ainsi stimulés, même si la finalité reste de produire plus qu’on ne coûte… On devine les malentendus qui en résulteront. On peut d’ailleurs s’interroger sur le plaisir à descendre un toboggan dans un Google Plex après s’être fait recadrer par son chef.

Selon vous, la fonction managériale va également profondément évoluer…

On peut penser que l’aura du manager ne tiendra plus à son seul titre mais véritablement à la capacité qu’il aura à prendre position au sein d’un collectif. Il managera de manière collaborative sans se positionner forcément en tant que chef. Un manager le sera à un moment T mais sa position évoluera au fil du temps et en fonction des projets à mettre en oeuvre. Ça ne sera plus un statut figé.

A quoi ressemblera l’entreprise physique ?

On peut la penser comme un lieu pluriel. Un espace ouvert sur et à l’extérieur, avec des partenaires divers et des sous-traitants qui circuleront librement. On peut aussi imaginer des salariés auto-entrepreneurs qui viendront mener leur réunion en bénéficiant de la structure de l’entreprise mère. Ce sera un lieu d’exploitation au sens où je travaille pour cette société mais je peux aussi bénéficier de ce lieu pour organiser des fêtes, une activité personnelle… Surtout, l’entreprise sera dans les prochaines années un lieu laissant davantage de place – du moins pour certains métiers – à l’expérimentation et à la capacité d’innover des personnes qui y circulent.

  • A quoi ressemblera le travail demain ?, Sandra Enlart et Olivier Charbonnier, 192 pages, Édition Dunod, 15,20 euros.

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

  1. Vanessa Avril
    20 septembre 2013 - 10h58

    Il existe également un site de recrutement pour les jobs du futur.
    Je partage le lien : http://www.futurisgood.org

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.